Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Giboyer.

Comment sortir de cette impasse ?


Maréchal, se frappant le front.

Mais que nous sommes bêtes ! ça va tout seul.

Il va sonner à la cheminée.

Giboyer, à part.

Avec un peu d’aide.


Maréchal, à part, redescendant en scène.

Ça me fera le plus grand honneur. D’ailleurs, je ne peux pas faire autrement. (Au domestique qui est entré.) — Priez mademoiselle de venir me parler.


Giboyer.

Vous avez une idée ?


Maréchal.

Ce ne sont jamais les idées qui me manquent, mon cher, c’est le style. Je vais vous étonner.


Giboyer.

Que méditez-vous donc ?


Maréchal.

Ne cherchez pas : vous ne trouveriez jamais. Ils sont rares, les hommes qui conforment leurs actes à leurs paroles ; j’en suis un. — Je suis tout d’une pièce, moi, carré par la base : ce que je pense, je le dis ; ce que je dis, je le fais.


Giboyer, à part.

C’est étonnant, comme je suis roué, quand il ne s’agit pas de moi.