Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène II

Les Mêmes, LA BARONNE.



Madame Maréchal, montrant un siège à la baronne.

Savez-vous, chère baronne, que vous nous gâtez ?


La Baronne, debout.

Hélas ! madame, je viens aujourd’hui, bien à contre-cœur, chargée d’une mission qui ne vous surprendra certainement pas, mais dont le pénible devoir appartenait plutôt à M. d’Auberive qu’à moi… M. d’Outreville en a jugé autrement, et, malgré ma répugnance à me mêler de choses aussi délicates, il a fallu me rendre à ses instances.


Madame Maréchal.

Il reprend sa parole ? (À Fernande.) Là ! que vous disais-je ? Voilà le fruit de vos excentricités ! Après la scène d’hier, cette rupture est un désastre pour vous !


La Baronne.

N’exagérons pas, madame : la situation de mademoiselle Fernande reste intacte. M. d’Outreville, en vrai gentilhomme, a reculé devant une rupture tant qu’elle pouvait donner lieu à des interprétations fâcheuses pour sa fiancée ; mais le discours de M. Maréchal a levé tous ses scrupules.


Fernande.

Mon père a parlé ?