Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/142

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La Baronne.

J’espère que vous n’allez pas le retirer à mon pauvre Maréchal ?


M. Couturier.

Non, sans doute ; mais il se prononcera plus d’un discours sur la question.


La Baronne, vivement.

Donnez les autres à qui vous voudrez : c’est le premier qui porte coup. L’attache du grelot est l’opération capitale.


M. Couturier.

C’est vrai.


La Baronne.

N’est-ce pas ?


M. Couturier.

Tellement vrai, que toute autre considération pâlit devant celle-là.


La Baronne.

Qu’entendez-vous ?…


M. Couturier.

Chère baronne, au nom de notre cause, je vous supplie d’abandonner votre protégé.


La Baronne.

Hélas ! vous me prenez par où je suis sans défense. Je ne sais rien refuser au nom que vous invoquez. Mais y a-t-il vraiment un intérêt assez transcendant pour que nous nous décidions à affliger cet excellent homme ? C’est horriblement dur, mon ami.