Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pleine… à Paris ! C’est un spectacle consolant que cette recrudescence de la dévotion publique.


Fernande.

Qu’en pensez-vous, monsieur Maximilien ?


Maximilien.

Je suis bien aise que monsieur soit consolé. Quant à moi, je n’avais pas besoin de consolation ; je suis très philosophe.


Le Comte.

Voulez-vous dire par là que vous n’êtes pas chrétien ?


Maximilien.

Si fait, monsieur, je le suis ! À telles enseignes que je pratique le pardon des offenses.


Fernande.

Le pardon ou le dédain ?


Maximilien.

Tous les deux.


Fernande.

Sans faire de différence entre le repentir et l’endurcissement ?


Maximilien.

Je n’y regarde pas de si près.


Fernande.

Vous êtes injuste, monsieur.


Maximilien.

C’est possible, mademoiselle ; vous en savez plus long que moi sur toutes choses.