Ouvrir le menu principal

Page:Augier - Théatre complet, tome 5, 1890.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Scène VI

Les Mêmes, LE COMTE.



Le Comte.

Pardonnez-moi, mesdames, de me présenter de si bonne heure. Cette lettre de M. d’Auberive vous expliquera l’irrégularité de ma conduite.


Maximilien, à part.

Ce jeune comte a l’air franc… comme un jeton.


Madame Maréchal, lisant la lettre.

Votre cousin me prie, monsieur le comte, de vous guider dans l’emplette de la corbeille.


Le Comte.

Il s’occupe lui-même de la publication des bans.


Fernande.

Déjà ?


Le Comte.

Il ne veut pas vous laisser le temps de la réflexion, mademoiselle.


Fernande.

Ce n’est pas poli pour vous, monsieur.


Le Comte.

Il rend justice à mon peu de mérite.