Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/94

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
86
LE VOTE DES FEMMES

donne la nature contre une pique et un bonnet rouge – Je requiers que le conseil ne reçoive plus de députation de femmes. »

La proposition de Chaumette fut adoptée. En même temps que la femme était en la personne de l’actrice Rose Lacombe, traitée par Chaumette d’être dégradé ; la femme était élevée au rang des dieux, en la personne de Mlle Maillard, actrice de l’Opéra, qui remplissait le rôle de déesse de la liberté, dans la fête de la raison célébrée dans l’église de Notre-Dame de Paris.

Rose Lacombe protesta contre la décision du Conseil général de la commune ; et elle parvint à entraîner beaucoup de femmes à demander leurs droits.

Ces femmes étaient souvent battues par les très royalistes dames des halles. Un jour que les républicaines, vêtues en hommes, reprochaient aux marchandes de poissons de s’abstenir de porter la cocarde nationale, celles-ci les assaillirent et les fouettèrent publiquement.

Les réunions des républicaines finirent par inquiéter le comité de sûreté générale, qui chargea un de ses membres de révéler le fait à la Convention.

Le Conventionnel Amar monta à la tribune et dit :

« Je vous dénonce un rassemblement de six mille femmes, soi-disant jacobines, et d’une prétendue société révolutionnaire… Plusieurs, sans doute, n’ont été égarées que par un excès de patriotisme ; mais d'autres ne sont que