Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
REVENDICATION DES FEMMES EN 1789

L’acte originel de la république est dû à Mme Keralio-Robert[1]. Cette femme de lettres qui avait déjà appelé les femmes à l’action publique ; et, avait été l’inspiratrice du parti républicain fondé par les sociétés des deux sexes, improvise sur l‘autel de la Patrie au Champ de Mars le 17 juillet 1791, la pétition républicaine pour ne reconnaître aucun roi.

Les femmes spoliées de leurs droits, eurent pour défenseurs Condorcet, Siéyès, l’abbé Fauchet, Saint-Just… Malheureusement, les protestations de ces hommes de principes furent étouffées par Mirabeau, Danton, Robespierre qui ne considéraient la femme que comme un instrument de plaisir charnel.

Condorcet secrétaire de l’Académie des sciences, demanda publiquement en 1788 que les femmes participent à l’élection des représentants[2]

Cet illustre philosophe qui réclama l’abolition de la royauté, la proclamation de la république, posa le principe de l’égalité de la femme et de l’homme qu’il regardait comme la base de la question sociale. Condorcet fut donc en France un des précurseurs du féminisme ; et, sa statue quai Conti recevra avant longtemps, les périodiques hommages des femmes reconnaissantes, Le 3 juillet 1700, Condorcet publia son fameux ar-

  1. MICHELET
  2. A. AULARD.