Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VOIX DONNÉES AUX FEMMES


L’intervention des Françaises dans les affaires du pays est depuis longtemps jugée si nécessaire, qu’en certaines élections municipales, des femmes ont obtenu des voix sans avoir sollicité de mandat.

Les bulletins portant inscrits des noms de femmes ont quelquefois été comptés.

En 1881, dans la commune de Grandpré (Ardennes), Mme Jules Lefebvre, commerçante, mère de famille, eut son nom écrit sur bien des bulletins électoraux. « En votant pour elle, disaient ses électeurs, nous avons voulu choisir le plus capable parmi nous, à quelque sexe qu’il appartienne. » Ce raisonnement de ruraux n’est-il pas propre à inciter les citadins à rfléchir ?

Toujours en 1881, à Paris, Mme Léonie Rouzade, candidate dans le XIIe arrondissement, obtint 57 voix.

Peu après, à Thorey (Meurthe-et-Moselle), trois dames obtenaient chacune cinq voix. Elles étaient, proclamaient leurs électeurs, les plus dignes de nous représenter.