Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/222

Cette page a été validée par deux contributeurs.
214
LE VOTE DES FEMMES

La plus habile préparation culinaire, n’étant point capable de donner à la vache maigre, les qualités nutritives du bœuf en bon état ; il est pour réaliser le bien être familial, quelque chose de plus important encore que de savoir sauter un poulet et arroser un gigot ; c’est de pouvoir d’abord se procurer ce gigot et ce poulet, de bonne qualité et à bon compte.

Or, comment les ménagères, ou plutôt les instauratrices de bien-être parviendraient-elles à se procurer facilement des denrées comestibles fraîches, de première qualité, à bas prix, pendant qu’elles n’ont ni le droit d’opiner, ni le droit d’agir en la cité, pendant qu’elles restent en France des annulées auxquelles il est interdit de s’occuper de l’approvisionnement alimentaire ?

Place aux femmes ! est la plateforme indiquée aux résolus à transformer l’État social ; car les héréditaires préjugés vont être obligés de capituler devant les événements qui crient, qui hurlent, qu’il faut sur la scène politique le concours du sexe féminin.

Partout, les hommes sont actuellement dans un grand embarras : Pour n’avoir pas poursuivi en même temps que le développement intellectuel, l’amélioration des conditions d’existence des masses, les détenteurs du pouvoir se trouvent aux prises avec des difficultés que le concours des femmes, si intuitives et maternelles rendraient plus faciles à résoudre.

L’heure psychologique semble donc venue d’appeler les femmes dans les conseils de la nation, comme au