Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/211

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
203
LES FRUSTRÉES DU BULLETIN


tions de croix elles recevront leur part de marques honorifiques.


Pas de droits, pas de donations,


Parce que la femme ne vote pas, il ne lui est point fait de legs. Les dames n’exercent leur libéralité qu’envers les hommes, qui seuls sont actuellement à même de reconnaître la générosité.

Des féministes en mourant déshéritent leur sexe, pour laisser comme Mme Griess-Traut 50.000 francs aux Fouriéristes.

Mme Dimbour était elle aussi Féministe. On trouve son nom au bas des affiches électorales de la société « Le Droit des Femmes » et elle fit un jour à un politicien qui lui recommandait une œuvre masculine cette réponse : – Croyez-vous, que nous, femmes, nous allons chauffer le four pour les hommes ? »

Cependant, quand elle sentit sa fin proche, ce fut aux hommes qu’elle fournit une torche de cent mille francs pour allumer le four de la verrerie d’Albi.

Certes, propager la doctrine de Fourier et créer une verrerie ouvrière sont œuvres excellentes ; seulement, leur sexe opprimé criait aux généreuses mourantes : « Au secours ! » Le délivrer, n’était-ce pas ce qu’il y avait de plus pressé à faire ?

Pourquoi toutes les femmes riches s’en vont-elles sans songer à leur sexe ?

Parce que ce sexe n’a pas le pouvoir de faire honorer les donatrices.