Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
201
LES FRUSTRÉES DU BULLETIN

ne possèdent point ce passe-partout – le vote – qui ouvrirait la porte de toutes les carrières à leur activité productrice.

Les Françaises, en vain, ont des mérites, possèdent des titres ; ce n’est pas le diplôme, c’est le bulletin qui fait employer.

La dégradation civique amoindrit dans la main de la femme le gagne-pain. Pour pouvoir prétendre à l’indépendance économique que le bon travail procure, les femmes doivent devenir électeurs ; et ainsi faire que le suffrage universel soit une vérité.

Actuellement, le système électoral ne fournit de la France qu’une représentation défigurée. Plus de la moitié de la nation n’est pas représentée pendant que les femmes ne votent point.


Pas de droits, pas d’honneurs.


Dire aux femmes qu’elles ne sont pas aptes à voter, c’est leur déclarer qu’elles ne sont pas dignes de porter la rosette.

Quels actes surhumains doit accomplir une femme pour être décorée ! Encore, tous ses mérites sont-ils insuffisants, si elle n’est chaleureusement recommandée aux distributeurs de croix.

S‘enrubanner conventionnellement, est partout un privilège mâle.

La décoration, qui varie de forme et de couleur chez