Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
188
LE VOTE DES FEMMES

culin d’après M. Henry de Varigny. « Les reins, le foie, le coeur sont plus lourds chez l’embryon féminin. La femelle est mieux pourvue que le mâle ; elle est physiologiquement plus parfaite que lui. Si la femelle n’a pas la vigueur du mâle, elle a une force de résistance supérieure à la sienne.

« La Femme a plus de ténacité de vie que l’homme, elle supporte mieux l’abstinence, elle mange moins, mais profite mieux de ce qu’elle mange.

« La mortalité masculine l’emporte sur la mortalité féminine. Le sexe fort, c’est le sexe féminin ! »

Mieux organisées que les hommes, les femmes meurent beaucoup moins facilement qu’eux.

« Dès la plus tendre enfance, dit le docteur Perron, sur 1.000 décès de petits garçons, on n’en compte pas 750 de petites filles.

« Dira-t-on que les petits garçons ont été victimes de leurs passions, de leurs fatigues, de leur intempérance ? – Non : La supériorité organique du sexe féminin est native, physiologique.

« Cette supériorité est surtout manifeste pendant la vie embryonnaire ; sur huit avortements naturels, cinq sont d’enfants mâles. »

Avant que ne soient faites ces observations scientifiques, ce dicton : — « Le chagrin fait vivre la femme, » établissait, en même temps que la longévité, la douloureuse destinée des femmes.

Ce sont les femmes soustraites à l’oppression mas-