Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
182
LE VOTE DES FEMMES

Adopté :

M. Landrin. — J’ai voté le vœu présenté par la 4e commission, mais il me semble que cette question était suffisamment importante pour être traitée d’une façon plus sérieuse par M. le rapporteur.

Tous les journaux ont parlé du vœu émis par le conseil général de la Seine.

Le Temps dit : « Sur la demande de Mme Hubertine Auclert qui les priait d’aider « les matrices de la nation à devenir citoyennes » les conseillers généraux ont émis le vœu que les femmes soient appelées à jouir du droit électoral.

Ce vœu présenté avec une grâce toute dix-huitième par M. le comte d’Aulan a été voté à main levée. Le débat court et vif fut empreint d’une certaine gaieté. »

Pour Le Figaro. « Le féminisme a remporté une petite victoire toute platonique, d’ailleurs, mais flatteuse.

MM. les conseillers généraux ont beaucoup ri et comme la gaieté est gentille conseillère, le vœu féministe fut adopté à la majorité des suffrages. »

Le Petit Journal pense que « Le conseil général a émis un vœu qui marquera d′une pierre la route vers la conquête du droit de vote qu’ont entreprise depuis longtemps déjà des groupes féministes… »

Suivant L’Éclair « le vote du conseil général est par le succès qu’il souligne un des feuillets intéressants du livre d’or du féminisme. »

L’Écho de Paris fait remarquer que « c’est sans dis-