Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
166
LE VOTE DES FEMMES

fort bien tournée, cette pétition, et il est certain que si Mlle Hubertine Auclert triomphait, les Congrès futurs offriraient un aspect plus agréable que les Congrès d’aujourd’hui. Mais la pétition de Mlle Hubertine Auclert n’a obtenu du Congrès que la question préalable, tout comme un amendement, tempérée par un mot gracieux et galant du rapporteur. C’est à recommencer et vous pouvez compter que la pétitionnaire recommencera. Rien ne la lasse. Et elle tient à faire mentir les ennemis des femmes qui prétendent que le sexe n’a pas l’esprit de suite dans ses entreprises !

HENRI FOUQUIER


Le Soleil

Dans une tribune quelques femmes ont applaudi le nom de Mlle Hubertine Auclert. Cette manifestation a été très vite réprimée sur les ordres de la questure.


Le Moniteur universel

Mlle Hubertine Auclert rappelle avec raison que les femmes sont au même titre que les hommes des ayants droit.

Voyez combien vous êtes injustes : vous inventez le suffrage universel, et vous ne vous apercevez pas qu’il n’y a rien de moins universel que ce suffrage.

Vous avez exclu les femmes ; pourquoi cela ?

Avez-vous donc peur qu’elles usent mal du droit de vote ?

J’en appelle à toutes les mères de famille ; que font-elles donc du matin au soir, si ce n’est d’exercer, comme on disait autrefois, un véritable sacerdoce ?