Ouvrir le menu principal

Page:Auclert - Le vote des femmes, 1908.pdf/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
150
LE VOTE DES FEMMES

de l’État ; mais, elles ne bénéficient point du quart des dépenses.

« En examinant les différents chapitres du budget, on voit que les hommes se sont presque tout attribué. Les deux tiers des sommes allouées pour l’instruction publique leur sont accordés, afin qu’ils puissent se donner cette supériorité du point de départ, le développement intellectuel. .....................................................................................................

« Tous les budgets étant employés surtout à l’avantage du sexe masculin. Ne l’ignorant pas, je suis naturellement amenée à vous présenter ces conclusions que j’espère que vous agréerez.

« Attendu, qu’il est bien démontré que je ne jouis pas de mes droits et ne puis par conséquent être visée par l’article 12 de la loi du 21 avril 1832 qui énumère expressement les conditions requises pour être contribuable.

« Attendu, qu’il est bien démontré que l’argent des contributions que je verse profite presque exclusivement aux hommes.

« Attendu, que je suis exclue de la loi qui donne pour garantie de l’équité de la répartition des impôts, le droit à tout contribuable de les répartir ou de les faire répartir par des mandataires légaux.

« M’en référant à la déclaration des droits de 1789 et à la Constitution de 1791 de laquelle découle toute la législation postérieure relative à cet objet, je conclus que je dois pouvoir contrôler, ou faire contrôler par