Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/86

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nommé Punth-Rombhoo-Baber, ou plus commodément Baber, ce qui signifie, en langue indoue, Votre Seigneurie ne l’ignore pas, le Tigre, Baber donc, ou le Tigre, s’est signalé, depuis sa naissance, par les exploits les plus brillants. Je n’oserais affirmer qu’il ait tué son père ou sa mère ; mais, à cela près, il a commis toutes sortes de crimes. À quinze ans, sa réputation était faite. Son habileté à se tirer des mains de la justice et de la police est presque fabuleuse. Pour citer de lui un tour qui vaut tous les autres, il a été empalé, et, profitent de l’absence des gardes, il s’est débarrassé de son pal et a traversé le Gange à la nage pendant la nuit pour chercher un asile dans le Goualior. Un autre jour, il fut pendu, mais si mal, que, sans que la corde eût cassé, il continua de respirer. Deux heures plus tard, on le dépendit pour le disséquer, et le docteur Francis Arnolt, chirurgien du 48e de ligne cipaye, allait lui plonger le scalpel dans la poitrine, lorsque Baber eut l’effronterie de se lever, d’arracher le scalpel au docteur étonné, de bondir vers la porte de l’amphithéâtre, de se glisser au travers de quatre ou cinq cents personnes, sans qu’on osât ou qu’on voulut lui mettre la main au collet, et de fuir jusqu’à Bénarès, où je le rencontrai, quand Votre Seigneurie daigna m’envoyer à Bhagavapour.

« Cette rencontre fut providentielle. Quoique