Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/76

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Hum ! hum ! c’est bien de la prudence, répliqua le Malouin… Voilà qui n’est pas clair, ajouta-t-il en lui-même. Au reste qui vivra verra. »

Le retour à Bhagavapour fut une marche triomphale. Louison faisait des bonds de joie. Le grand tigre la suivait d’un air un peu honteux, tandis que leur jeune héritier, aussi joyeux que sa mère, ne paraissait sensible qu’au plaisir de voir des choses nouvelles, des palais, des rues, des places, des pagodes et les habitations des hommes.

Cependant le Malouin remarqua que Louison, dont il connaissait le bon sens, s’écartait de l’Allemand après l’avoir flairé, et lui paraissait peu sympathique. Il se rappela qu’elle n’aimait pas les traîtres.

On arriva enfin au palais. À la vue de cette famille nouvelle, tous les serviteurs poussèrent des cris de frayeur, et Sita elle-même, à peine rassurée par la présence de Corcoran, se rejeta du côté de Scindiah en portant le petit Rama dans ses bras.

Mais, contre toute attente, Rama seul ne montra aucune crainte. Il s’avança gaiement vers Louison et la caressa de sa petite main comme s’il l’avait connue depuis longtemps. De son côté, la tigresse lui lécha doucement la figure et lui présenta le petit tigre qui, rentrant ses griffes et fai-