Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/69

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la direction du carrefour et, par bonds immenses, arriva sans être vu jusqu’à Corcoran lui-même. Celui-ci, à cheval, le doigt sur la détente de sa carabine, attendait le rhinocéros et regardait en face de lui. De l’autre côte, le docteur Ruskaert voyait venir le tigre et aurait dû avertir son compagnon ; mais il n’en fit rien ; était-il troublé par la peur, ou plutôt, comme le maharajah le présuma plus tard, aurait-il été bien aise de sa mort ?

Tout à coup un poids énorme tomba sur la croupe du cheval de Corcoran et la fit plier jusqu’à terre. C’était le tigre qui venait l’attaquer par derrière. Comme le Malouin avait le doigt sur la détente, le choc du tigre fit partir en l’air le coup de sa carabine, et il se trouva désarmé. De plus, le cheval blessé mortellement, s’abattit d’une façon si malheureuse que le cavalier demeura immobile, ayant une jambe engagée sous le corps de sa monture. Il s’écria aussitôt :

« À moi ! à moi ! Ruskaert ! Tirez donc ! tirez vite ! »

Mais Ruskaert demeura immobile et attentif, quoiqu’il fût armé et qu’il pût aisément faire feu.

Dans cette situation désespérée, Corcoran ne perdit pas courage. Comme il n’avait pas le temps de prendre son revolver suspendu à sa ceinture, il donna avec la crosse de sa carabine un coup si