Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour avoir dit une si belle chose, comme elle l’admirait quand il avait déjeuné de bon appétit ou quand il se laissait moucher sans crier, ou quand il chantait en criant, ou quand il criait en chantant, ou quand il avait la colique, ou quand il buvait de l’huile de ricin, ou quand il prenait un lavement, ou quand il ne prenait rien. Sita l’admirait toujours, et c’est une bénédiction de Dieu que d’avoir donné aux mères une admiration si constante et si infatigable pour ces petits morveux.

Pour revenir à Corcoran et à son compagnon, ils s’enfoncèrent dans la forêt et allèrent se poster à l’entrée d’un carrefour par où devait passer nécessairement le rhinocéros. Cependant les traqueurs s’avançaient avec de grands cris dans les jungles et jetaient de grosses pierres pour effrayer l’animal et le faire sortir de sa retraite. Tout à coup ces cris changèrent de nature. En cherchant le rhinocéros, ils avaient éveillé un tigre royal de la plus grande espèce, qui dormait tranquillement à l’ombre.

Il se leva lentement, étira ses quatre membres et jeta autour de lui un regard distrait. Il entendit le bruit des tam-tams et, soit qu’il fût effrayé de cette musique étrange, soit, ce qui est probable, qu’il fût amateur de mélodies plus douces et plus harmonieuses, il s’élança tout à coup dans