Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/58

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


succès de son idée, voulut qu’on donnât l’hospitalité à l’étranger jusqu’au retour de Corcoran.

L’Allemand s’inclina humblement, et allait suivre Sougriva ; un incident fâcheux augmenta les soupçons de l’Indien.

Scindiah, témoin muet de cette scène, ne paraissait pas plus charmé que Sougriva de l’arrivée de l’étranger. Cependant il ne grognait pas et se contentait de lui tourner assez grossièrement le dos, lorsque le petit rama fut pris d’une fantaisie subite.

« Maman, cria-t-il, je veux que tu fasses faire mon portrait en même temps que celui de Scindiah. »

Sita essaya de résister, mais il fallu céder. L’enfant se plaça debout sur le cou de Scindiah, en s’appuyant sur la trompe relevée de l’éléphant, comme un roi sur son sceptre, et l’Allemand braqua son objectif.

Mais, comme tous les photographes, il se croyait un fort grand artiste et voulut donner des conseils à Scindiah, sur le manière de se poser. Scindiah se laissa d’abord poser de face, puis de profil, puis de trois quarts ; puis il revint à sa première pose ; puis voyant qu’on allait encore le mettre de trois quarts, il regarda l’Allemand d’un air qui n’annonçait rien de bon. Scindiah avait ses nerfs et trépignait. Rama, tout fier de se tenir