Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV

Le docteur Scipio Ruskaert.


Un matin, Corcoran avait quitté Bhagavapour, et il visitait avec soin les frontières de ses États, rendant la justice, réformant l’administration, faisant manœuvrer son armée, construire des routes et des ponts, car il était obligé de faire à lui seul tous les métiers.

Sita se trouvait seule dans le palais d’Holkar. À ses pieds, sur le gazon, jouait gracieusement son fils, le petit Rama, âgé de deux ans à peine, mais qui déjà annonçait toute la force de son père et toute la grâce de sa mère. Devant eux, le gros éléphant Scindiah agitait doucement sa trompe pour amuser l’enfant qui riait et, prenant des dragées dans une boîte sur les genoux de sa