Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voulu entretenir avec nous aucune relation d’amitié ou de bon voisinage. Il a donné asile à tous les fugitifs qui craignaient notre vengeance, et lorsqu’on lui a demandé de les livrer, il a répondu qu’un Français ne livrait jamais ses hôtes.

« Tous cela indique assez quels sont ses desseins, et le plus sage serait de le prévenir avant qu’il ait eu le temps de se rendre redoutable. Malgré toute son audace et ses succès, il n’est pas sans sujets d’alarme. Les reformes qu’il a introduites dans l’administration et les lois du peuple mahratte, bien qu’approuvées par son assemblée législative, ont excité la haine des Zémindars, grands propriétaires fonciers qui disposaient de tout avant son arrivée. Il ne serait pas difficile d’exciter leur jalousie et, en leur donnant appui, de renverser le nouveau maharajah. C’est même le seul moyen de prévenir le danger dont nous sommes menacés, et lord Braddock aura ainsi une belle occasion de réparer ses fautes passées et de signaler son administration par un coup d’éclat. »

On voit, par l’article qui précède, quelle opinion avaient de Corcoran ses ennemis les Anglais.

À peu de chose près, ils avaient raison, car le Malouin, sans communiquer son dessein à personne, avait repris le plan de Dupleix et du fameux Bussy, et se proposait de chasser les Anglais de l’Inde ; mais une si grande entreprise ne pou-