Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il manqua son coup. La pierre ne toucha qu’à peine le tigre à la naissance de la queue, et le culbuta dans le fossé sans lui faire d’autre mal. Quant à Louison, dès qu’elle eut vu Scindiah ramasser la pierre, elle devina son dessein et bondit de l’autre côté du mur avec une agilité extraordinaire. Là, se voyant en sûreté, elle releva, plaignit et consola son compagnon, qui léchait tristement sa blessure, et partit avec lui, bien résolue à ne plus revoir jamais, ni le palais, ni Corcoran, ni même la belle Sita, qui la comblait tous les jours de caresses et de sucreries.

Mais qu’on se rassure. Ce n’est pas ainsi que devait finir l’amitié de Louison et de Corcoran. Le destin devait les rapprocher bientôt dans les plus graves circonstances.

Ce même destin combla quelques mois plus tard les vœux de Corcoran et de Sita. Dieu leur donna un fils aussi beau que sa mère et qui fut appelé Rama, du nom de l’illustre chef de la dynastie de Raghouides, dont Sita était la dernière descendante. La joie des Mahrattes fut au comble ; ils voyaient renaître en lui cette race glorieuse. Pendant trois jours toute la nation célébra par des banquets splendides cet heureux événement. Corcoran, toujours économe pour lui-même, mais généreux pour son peuple, fit seul les frais de ces fêtes et de ces réjouissances publiques. Pour la