Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du granit. Il refusa donc absolument de rendre la liberté à Louison.

Celle-ci, cependant, ne perdait pas courage. Voyant que personne ne viendrait la délivrer, elle bondit tout à coup d’un élan furieux, enfonça l’une des fenêtres de la salle et, toute sanglante, allait prendre la fuite.

Mais un grave accident la retint. Trop pressée de sauter par la fenêtre pour mesurer son élan, elle était tombée, non pas sur le gazon, mais sur le dos de l’éléphant Scindiah, qui était justement chargé d’empêcher toute escapade. Il ne pouvait rien arriver de plus malheureux à la pauvre Louison.

Outre que Scindiah ne l’aimait pas, elle tomba si malencontreusement, elle si adroite en toutes choses, qu’elle se sentit glisser du dos de l’éléphant jusqu’à terre, et par instinct, de peur de se casser le nez, enfonça ses griffes acérées dans les épaules de Scindiah. Par ce moyen elle se retint en équilibre, et un autre saut l’aurait mise à terre ; mais Scindiah la guettait.

Au moment où elle allait s’élancer, l’éléphant la saisit délicatement par le cou avec sa trompe, l’enleva comme une plume, la balança trois fois dans les airs, comme un habile frondeur brandit sa fronde, et la rejeta dans la grande salle du palais.