Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/321

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dre par cette attaque imprévue, reprenaient lentement leur sang-froid.

Barclay, sans s’étonner, reçut intrépidement la charge impétueuse de Corcoran, et, reconnaissant le maharajah dans la mêlée, donna ordre à cinquante cavaliers bien montés de s’attacher à ses pas et de faire tous leurs efforts pour le tuer. Lui-même se mit à leur tête, jugeant avec raison que la mort du maharajah terminerait promptement la guerre.

Il s’en fallut de peu que le calcul de Barclay ne réussit ; mais il avait compté sans Louison.

La tigresse s’aperçut bientôt qu’on cherchait à envelopper Corcoran. À cette vue, elle fit un bond formidable qui la porta au milieu d’un gros de cavaliers, parmi lesquels le Malouin entouré s’ouvrait à grand’peine un passage à coups de pointe.

« Un million de roupies à celui qui tuera le maharajah ! » cria Barclay.

Au même instant, Louison lui sauta à la gorge.

Barclay, blessé à mort, s’affaissa sur sa selle. Les Mahrattes, rassurés, s’élancèrent de nouveau en avant et dégagèrent le maharajah. L’armée anglaise commença à plier.

Une heure plus tard, la bataille était terminée, et les Anglais, reconduits à coups de sabre sur la route de Bombay, ne pensaient plus qu’à rendre leur retraite moins désastreuse.