Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/320

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour lui, à la tête de six régiments de cavalerie et de huit régiments d’infanterie (car il n’avait laissé derrière ses canons qu’une faible partie de son corps d’armée, afin de faire prendre le change à l’ennemi sur ses desseins), il fit secrètement le tour des marais, s’engagea dans les jungles et tomba tout à coup sur les derrières des Anglais.

On ne croira pas sans doute qu’il soit nécessaire de donner une description de la bataille. Corcoran, qui aurait pu être à volonté Alexandre, Annibal ou César, mais qui préférait être Corcoran, remporta une victoire complète. Pendant que son artillerie barrait la route aux Anglais et, à chaque décharge, emportait des files entières, il entrait avec sa cavalerie parmi eux comme le couteau dans le beurre, et les Mahrattes, excités par son exemple, firent des merveilles.

Mais rien n’approchait de Louison.

Elle s’avançait lentement à la droite de Corcoran, comme un bon colonel qui va passer en revue son régiment ; mais aussitôt qu’elle aperçut les habits rouges, elle bondit de fureur, et, sans que personne pût la retenir, elle s’élança sur eux.

En un clin d’œil, elle eut étranglé quatre ou cinq officiers de marque. En vain Corcoran voulait la rappeler. Elle n’écoutait plus rien.

Cependant, les Anglais, mis d’abord en désor-