Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/291

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« 2° Le soi-disant maharajah abdiquera immédiatement entre les mains du gouverneur anglais,

« 3° Le soi-disant maharajah remettra au général Barclay une liste, certifiée véritable et sous serment, de tous les biens, meubles et immeubles composant le succession d’Holkar, pour, desdits biens meubles et immeubles, être disposé ainsi qu’il conviendra audit général ;

« 4° La citadelle de Bhagaveponr et toutes les forteresses du royaume seront remise à l’armée anglaise avec les arsenaux, les armes, les vivres et les munitions de toute espèce qui s’y trouvent actuellement ;

« 5° Enfin, en échange de toutes les conditions ci-dessus, le soi-disant maharajah recevra du gouvernement anglais une pension annuelle de mille livres sterling (vingt-cinq mille francs), s’engageant (bien entendu) ledit soi-disant maharajah à ne plus revenir dans l’Inde, ni lui, ni sa femme, ni son fils, avant une période qui ne pourra être moindre de cinquante ans.

« Si ces conditions paraissent convenables (comme je l’espère) à monsieur Corcoran, j’oserai le prier de faire un double du traité dans les deux langues et je m’offre à signer avant la fin du jour.

« Le traité conclu sur ces bases, je serai heureux de faire plus ample connaissance avec monsieur Corcoran et de serrer le main à un gentle-