Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« C’est toujours avec un nouveau plaisir que je me retrouve au milieu de vous.

« Depuis la dernière session, Brahma a daigné bénir nos efforts et notre prospérité n’a fait que s’accroître. Le commerce, l’agriculture, l’industrie ont fait des progrès prodigieux, dus surtout, nous devons le reconnaître, à l’initiative individuelle et à la liberté d’action dont vous jouissez.

« Mais un peuple n’est pas digne de la liberté lorsqu’il ne sait pas la défendre par les armes. J’ai dû repousser l’invasion d’un voisin ambitieux et perfide. Avec la permission et la protection de Brahma, j’ai su punir les traîtres et repousser l’ennemi. Il dépend encore de lui de faire la paix à des conditions honorables ; mais s’il persiste dans son dessein, il subira la peine de son iniquité.

« Mon ministre de l’intérieur, Sougriva Sahib, est chargé de vous proposer un plan de budget. Vous remarquerez qu’il n’est question ni d’augmenter les impôts, ni d’en créer de nouveaux, ni d’émettre un emprunt. Grâce à Vichnou, malgré les charges que la guerre nous impose, le Trésor est encore rempli, et Sougriva Sahib est chargé de l’agréable mission de vous proposer la suppression de tous les impôts indirects dont la perception est si coûteuse.

« Citoyens libres du pays mahratte, que la sa-