Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/279

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment de l’armée à l’un de ses lieutenants et prit en toute hâte le chemin de Bhagavapour, car partout où il n’était pas, ses affaires allaient toujours mal. Louison et Garamagrif, qui l’avaient si bien servi, obtinrent la permission de le suivre.