Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIII

Sir John Spalding.


Le lendemain, dès trois heures du matin, Corcoran fit reprendre les armes à ses troupes et continua la poursuite.

La route était jonchée d’armes, de chevaux et de cavaliers tués et dépouillés. Presque toute la cavalerie anglaise était détruite ou dispersée. Un petit nombre seulement avait pu rejoindre Spalding, qui accourait à marches forcées pour recueillir les fuyards.

Corcoran, apprenant par ses éclaireurs que les Anglais s’avançaient, se porta sur une colline assez élevée qui dominait la plaine, car il n’avait pas grande confiance dans la bravoure de ses soldats, et il voulait s’assurer au moins l’avantage