Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


placée en potence, les prenait de flanc et de face, et que le gros de l’armée s’avançait sur le centre.

Le général anglais, qui n’avait ni artillerie, ni infanterie pour se soutenir, ordonna la retraite, qui se fit d’abord avec beaucoup d’ordre. Mais les valets du camp, les vivandières, les femmes et tout ce peuple qui suit les armées anglaises dans l’Inde, craignant d’être abandonnés, se précipitèrent dans les rangs de la cavalerie pour se mettre à l’avant-garde des fuyards et rejoindre plus tôt l’infanterie laissée en arrière avec Spalding.

En quelques instants, le désordre fut au comble.

À la fin tout s’enfuit au hasard, et les officiers eux-mêmes ne cherchèrent plus qu’à devancer leurs camarades. Heureux ceux qui étaient bien montés ! Ils rejoignirent le général Spalding dès le soir même.

Corcoran, voyant que rien ne tenait plus devant lui, fit faire halte à son armée, et laissa à la cavalerie le soin de poursuivre les fuyards.

« Mes amis, dit-il d’une voix sonore, voilà comment il faut battre les Anglais. Courez sur eux, sabre ou baïonnette en avant, sans tirer, et Vichnou et Siva vous donneront la victoire… Au reste, tout n’est pas fini ; mais c’est assez pour aujourd’hui. »

Il eut soin de placer lui-même les postes avan-