Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mépris que leur inspirait l’armée mahratte, se rallièrent promptement, et, malgré la chaleur du soleil, firent preuve d’une rare intrépidité. En peu d’instants, ils sabrèrent les premiers rangs de la cavalerie hindoue, et Corcoran, emporté par son ardeur, se trouva enfermé dans leurs rangs. Déjà il se croyait abandonné et ne pensait plus qu’à vendre chèrement sa vie, lorsqu’un secours imprévu lui rendit la victoire.

Au milieu du fracas des coups de feu, il s’aperçut tout à coup que les rangs de l’armée anglaise s’ouvraient pour livrer passage à des amis inconnus.

À coup sûr, ce n’étaient pas ses mahrattes ; il les voyait déjà reculer, pas à pas, il est vrai, mais continuellement. Qu’était-ce donc ? Et qui pouvait-ce être, sinon sa plus chère et sa plus fidèle amie, la tendre, la bonne, la courageuse Louison ?

C’était elle en effet. Aussitôt qu’elle s’était aperçue du départ de Corcoran, elle avait résolu de le suivre, oubliant ses arrêts. Elle avait gratté à la porte du cachot de Garamagrif. D’un commun effort, ils avaient renversé cet obstacle impuissant et s’étaient précipités à la suite du maharajah, Louison suivant Corcoran, Garamagrif ne voulant pas se séparer de Louison.

Grâce à son merveilleux instinct elle avait retrouvé sans peine la trace de son maître, et arri-