Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/255

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vaient pris aucune précaution contre un retour offensif. Ils avaient débridé leurs chevaux et s’étaient assis à l’ombre dans une foret que traversait la grande route. Bien plus, pour ne pas partager le butin avec leurs camarades, les cavaliers anglais n’avaient pas attendu l’arrivée de l’infanterie. Ils étaient à dix lieues en avant, et croyaient prendre l’armée mahratte jusqu’au dernier homme.

Déjà le second déjeuner était prêt. Les domestiques hindous et parsis déballaient avec soin les provisions de bouche, les pâtés de Strasbourg, les jambons d’York, les bouteilles de claret et de champagne mousseux, les puddings froids. On n’entendait plus que le bruit des fourchettes et le joyeux tintement des verres.

« Eh bien, disait le lieutenant James Churchill, eh bien, capitaine Wodsworth, que dites-vous de notre expédition ? Ce fameux Corcoran, qu’on disait si redoutable, n’a pas tenu un instant devant nous.

— Oui, dit l’autre, et pendant que Barclay lui donnait le change, nous avons eu assez de bonheur pour ne rencontrer presque aucune résistance. Mais cela même, mon cher Churchill, me fait douter que nous ayons battu Corcoran. Je le connais. J’étais, il y a trois ans, dans le corps d’armée de Barclay, et je vous jure qu’il nous fit passer un mauvais quart d’heure. Ici, au contraire, grâce à ce brave Afghan…