Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trait peu flatteur ton esprit mordant et juste. Tu as le coup d’œil précis. Ce pauvre Scindiah est fait comme un bloc taillé à coups de hache. Sa peau est sale comme celle du crapaud. Sa tête est lourde, son ventre énorme comme celui d’un banquier trois fois millionnaire ; ses jambes sont si courtes, qu’on croirait qu’il les a changées au vestiaire et qu’à la place de celles que la nature lui a données, il a emprunté celles d’un cochon siamois ; il ne se lave jamais, aussi est-il plus sale qu’un babouin ; ma foi, je ne sais pas quelle est l’éléphante en peine de placer ses affections qui voudra jamais de lui. »

Scindiah, voyant que la conversation commençait ainsi, s’étendit à terre sur ses quatre pattes, et, d’un air indolent, fermant à demi les yeux, prêta l’oreille aux compliments que le seigneur Garamagrif et son épouse lui prodiguaient.

« Ce qu’il y a de pire, continua Garamagrif, encouragé par le calme apparent de son ennemi, c’est que ce gros butor n’est pas seulement idiot, hideux et gourmand, il est encore plus lâche. Regarde-le : il entend bien tout ce que nous disons. Vois s’il ressentira l’outrage comme un gentilhomme de bonne race, qui sait tirer l’épée et défendre son honneur.

— Mais, dit Louison, de quelle épée veux-tu qu’il se serve ? à moins que par son épée tu n’en-