Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/230

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XX

Grande conversation de Louison et de Garamagrif avec le puissant Scindiah.


Cependant Sita faisait de son mieux les honneurs de son palais à la belle Alice.

Elles allaient toutes deux en palanquin, sous la garde d’Ali et suivies d’une nombreuse escorte, chasser et se promener dans la forêt. Comme par bonheur Sita était brune, tandis qu’Alice était blonde, et comme aussi il n’y avait personne pour les regarder (j’entends qu’il n’y avait que des moricauds), elles n’étaient point rivales, et la beauté de l’une faisait merveilleusement valoir celle de l’autre. De là, en quelques heures, une amitié touchante et cordiale.

Sougriva, chargé du gouvernement en l’absence du maharajah, s’acquittait très-bien de ses fonc-