Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Alors je vais partir seul.

— Sans déjeuner ?… Nini ne te le pardonnerait pas.

— Déjeunons, s’il le faut, pour obéir à Nini ; mais souviens-toi que je dois être à Bhagavapour dans l’après-midi. J’ai le pressentiment qu’un affreux danger nous menace. Que le déjeuner soit prêt dans cinq minutes et la frégate dans un quart d’heure. »

Ce qui fut fait.

Mme Nini, très-satisfaite des présents que Corcoran lui faisait (deux châles du cachemire le plus pur, qui avaient appartenu à la sultane favorite de Tippoo Sahib), se jeta dans les bras d’Acajou, qui monta dans la frégate en grognant de toutes ses forces, non sans avoir embrassé Zozo, qui se frottait les yeux avec ses deux poings, et qui sanglotait comme si son père avait dû être fusillé cinq minutes plus tard.