Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIX

Rêve du maharajah.


Vers trois heures du matin, Corcoran fut tiré de son sommeil par un rêve épouvantable…

Comme il n’en a donné les détails à personne, pas même à Quaterquem, son plus intime ami, nous serons forcé de garder le secret comme lui-même ; mais il fallait que ce rêve fût bien rempli de funestes pressentiments, car, dès le point du jour, le maharajah se leva et alla éveiller son ami.

Quaterquem ouvrit un œil, étendit les bras en bâillant et dit :

« Eh bien, qu’est-ce ?

— Partons.

— Comment ! partir ? Tout le monde dort, Acajou ronfle, et moi-même, je…