Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Naturellement, tout le reste de la personne était admirablement moulé. Phidias lui-même, qui était, dit-on, un connaisseur, n’aurait pas trouvé mieux.

La beauté de Nini était d’autant plus frappante, qu’elle n’avait pas surchargé sa personne d’ornements superflus.

Si l’on excepte un collier de corail, des pendants d’oreilles d’un grand prix, une dizaine de bagues placées indifféremment aux pieds et aux mains, et quatre bracelets qui entouraient les bras et se faisaient voir au-dessus des chevilles, Nini n’avait rien sacrifié à la vaine gloire. Elle n’avait ni corset, ni crinoline, ni bottines, ni brodequins, ni souliers, ni sabots, ni bas, ni pantoufles, mais elle était vêtue d’une robe de soie rouge qui faisait son orgueil et le bonheur d’Acajou.

Une seule chose lui manquait : c’était un anneau d’or dans son nez, et Acajou déplorait, comme elle, que massa Quaterquem et maîtresse Alice n’eussent pas voulu permettre cet ornement indispensable à la beauté.

Monsieur Zozo, âgé de deux ans à peu près, avait la couleur et la grâce de sa mère, à qui il ressemblait trait pour trait. C’était déjà un luron, fort hardi, qui criait comme un homme et plus qu’un homme, qui mangeait comme un loup, qui faisait claquer son fouet comme un postillon, qui léchait toutes les casseroles, et qui se rendait