Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/209

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


barques pontées qui s’embusquent dans tous les coins de l’archipel, et qui attendent au passage les marchands de la Chine, de l’Angleterre et des États-Unis. Ils n’attendent malheureusement pas les nôtres, et pour cause. Il ne passe pas cinquante vaisseaux français, par an dans ces parages.

« Brooke, qui est un spéculateur hardi et aventureux, offrit aux marchands de Singapore de faire pour eux la police de la mer, à condition qu’ils lui donneraient cinquante francs par tête de pirate malais. Le marché fut accepté et scrupuleusement rempli des deux parts.

« Il gagna, dit-on, quelques centaines de mille francs dans ce petit commerce. Sa renommée s’étendit dans l’archipel, et le sultan de Bornéo, qui craignit de fournir à ce philanthrope l’occasion de gagner une prime de plus, lui offrit son alliance et la petite île de Sarawak, où Brooke vit comme un patriarche à cheveux blancs, entouré des bénédictions des peuples. Vois son île et sa maison, qui ressemble à une forteresse, entourée d’un fossé, comme Lille ou Strasbourg. Un de ces jours nous irons lui demander à déjeuner. »

Cependant le jour commençait a baisser.

« Quelle heure est-il ? demanda Corcoran.

— Quatre heures trois quarts. Il est temps d’arriver. Nini, si nous tardions davantage, serait ca-