Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que tu es. Ceci est le bruit de l’Océan qui se brise contre les rochers de Bornéo. Une belle île, Bornéo, mais le sultan qui la gouverne à de mauvaises habitudes ; il aime la chair fraîche et ne ferait qu’une bouchée de toi et de moi, si l’envie nous prenait d’aborder dans ses États.

— J’ai connu pourtant dans mes voyages, dit Corcoran, un Anglais, M. Brooke, qui est venu s’établir tout près de lui, et pour ainsi dire dans la gueule du monstre, à Sarawak.

— Oui, oui, je sais son histoire. M. Brooke est un très-galant homme qui avait servi la Compagnie des Indes. Ayant fait fortune, il s’ennuya. C’est un misanthrope, à peu près comme moi. Il voulait fuir l’Inde, l’Angleterre et tous les pays civilisés. Idée assez naturelle du reste à un Anglais. Mais tout Anglais a besoin d’être riche et confortable ; or la fortune de celui-là n’était pas inépuisable. Il fréta un petit vapeur de guerre, le munit de vingt canons, comme on prend son fusil pour chasser le lièvre, et vint chasser le Malais dans les mers de la Chine. Regarde au-dessous de toi…

« Depuis la presqu’île de Malacca jusqu’à l’Australie, ce n’est qu’un immense archipel. Il y a là plus d’îles que de cheveux sur ma tête. Or, les Malais qui s’ennuient de tenir compagnie dans son île au sultan de Bornéo, ont des milliers de