Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


harajeh, ce qu’aucun œil humain n’avait vu avant moi. Dans ces vallées immenses où coulent des fleuves auprès desquels le Danube et le Rhin ne sont que des ruisseaux, l’Européen est un être inconnu. À peine çà et là quelques pieux missionnaires s’engagent dans ces forêts inextricables où les Siamois eux-mêmes et les Annamites n’ont pas osé tracer des routes. »

Déjà, le continent de l’Asie semblait fuir sous les voyageurs immobiles. On aurait cru que les nuages se précipitaient avec une vitesse effrayante sous les ailes de la frégate. Pour éviter d’être mouillé par leur contact, Quaterquem faisait mouvoir un secret ressort et s’élevait tout à coup à une hauteur prodigieuse ; puis, quand le ciel redevenait pur, il redescendait à quatre ou cinq cents pieds de terre.

Enfin le voisinage du grand Océan se fit sentir. Déjà l’atmosphère s’imprégnait d’odeurs salines, et les vents essayaient tantôt d’arrêter, tantôt de précipiter le vol de la frégate. Mais elle, d’un mouvement toujours égal et sûr, fendait sans peine ces obstacles impuissants.

« Ceci, dit Quaterquem, c’est la mer de Chine. Je commence à sentir que j’approche de mes États, car j’ai des États, moi aussi, bien que mon seul sujet (et je ne désire pas en avoir d’autres) soit maître Acajou que voilà. Écoute, maharajah