Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


soleil qui se lève derrière l’Himalaya ; il est temps de continuer notre voyage…

— Veux-tu revenir à ton camp ?

— Rien ne presse, et, puisque l’occasion se présente, je ne serais pas fâché de voir à vol d’oiseau cette Perse fameuse dont on nous a tant parlé au collège, et où le divin Zoroastre enseignait au roi Gustap les préceptes du Vendidad.

— Comme tu voudras, dit Quaterquem, qui changea la direction de la frégate.

— Or çà, dit le maharajah, quel est ce grand fleuve qui descend de l’Himalaya dans la mer des Indes et qui reçoit une multitude de rivières ?

— Ne le reconnais-tu pas ? répondit Quaterquem. C’est l’Indus. Les rivières que tu as vues il n’y a qu’un instant sont celles du Pendjab, l’ancien royaume de Randjitsing, de Taxile et de Porus. Devant toi, à l’horizon, ce désert immense et sablonneux, d’un gris jaunâtre, borné au nord par une chaîne de hautes montagnes et au midi par l’océan Indien, c’est l’Arachosie et la Gédrosie où le fameux Alexandre de Macédoine faillit périr de soif avec toute son armée. Les montagnes appartiennent à la chaîne de l’Hindou-Koch, que les Grecs, qui n’avaient que deux ou trois noms à leur service, ont appelé le Caucase indien ou le Paropamise. Nos géographes de cabinet, qui n’ont jamais vu que la route de Paris à Saint-Cloud, te