Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/199

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


être vu de personne, quatre ou cinq incendies. Et avec quelle adresse et quelle subtilité, rampant dans les broussailles, il a su échapper aux sentinelles ! Avec quelle constance il a supporté les coups de poing et les coups de crosse ! On parle du courage et de le patience de Caton d’Utique. Mon ami, Caton n’était qu’un efféminé auprès de cet Indou. S’il avait, dès sa naissance, appliqué à bien faire, la force étonnante de son caractère, ce gredin serait aujourd’hui le plus vertueux des hommes.

— Mais quel profit espères-tu retirer de ce carnage ? Barclay reviendra dans quinze jours avec une armée nouvelle.

— Bah ! cette armée ne sera pas reconstituée, approvisionnée et remise en campagne avant un mois. C’est autant de gagné sur l’ennemi. Il se peut, d’ailleurs, que lord Henri Braddock, effrayé d’un si triste début, ne pousse pas plus loin les choses et veuille vivre en paix avec moi ; car, enfin, il m’a fait la guerre sans avis préalable, peut-être sans autorisation du gouvernement de Londres. Enfin, comptes-tu comme un mince avantage le bruit qui va se répandre, que le feu de Vichnou est tombé du ciel à ma voix tout exprès pour consumer les Anglais. Qui sait ce qui peut en résulter ? Quant au miracle, je compte sur Baber pour en fabriquer la légende… Mais voici le