Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/198

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVII

L’Asie à vol d’oiseau.


Du haut de la frégate, Corcoran et son ami Quaterquem avaient eu l’imposant spectacle de l’incendie du camp anglais. Tous deux gardaient un profond silence.

« C’est horrible, dit enfin Quaterquem. J’aurais voulu pouvoir secourir ou détromper ces malheureux. Quinze cents morts ! Deux ou trois mille blessés !

— Mon ami, répliqua le maharajah, il vaut mieux tuer le diable que d’être tué par lui

— Oui, sans doute.

— Eh bien, pouvais-je m’en tirer à meilleur marché ? Ce Baber, il faut l’avouer, est un précieux coquin. En un clin d’œil, il a allumé, sans