Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la colline et dans les prairies environnantes ; les sikhs et les gourkhas cherchaient un asile dans les bois ; les Anglais avaient perdu leurs bagages, leurs vivres et leurs munitions ; enfin, Barclay reprenait, la tête basse, le chemin de Bombay, où il avait espéré revenir millionnaire, vainqueur, lord Andover et marquis.

Il avait en même temps la douleur de ne pas même pouvoir deviner la cause de son désastre, car les sikhs et les gourkhas, il le voyait maintenant, étaient victimes d’une erreur, et personne n’avait trahi, excepté le maudit Bebar. Pour celui-là, si Barclay avait su où le prendre, son compte eût été réglé bien vite. Mais Baber, qui s’en doutait, avait pris la clef des champs pendant l’incendie, et s’en allait d’un pied léger à Bhagavapour toucher les cent mille roupies que lui devait le trésorier du maharajah.