Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/196

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pages de l’armée se répandaient au bas de la colline, fuyant les détonations de toute espèce ; les femmes et les enfants les avaient précédés et couraient au hasard en criant :

« Trahison ! trahison ! »

Barclay, intrépide et calme au milieu du désordre, ne s’inquiétait que de rallier ses régiments anglais, et, malgré le bruit et les cris, il y réussit ; mais l’artillerie était déjà hors de service. Les caissons prenaient feu l’un après l’autre, la moitié du camp était déjà brûlée, et l’on n’espérait plus sauver le reste.

Pour comble de malheur, les sikhs et les gourkhas, éveillés par le bruit et par les détonations, atteints par les boulets, les balles et la mitraille, crurent que Barclay avait résolu de les exterminer, et firent feu à leur tour sur les régiments anglais, qui ripostèrent par une fusillade bien nourrie. En cinq minutes, plus de trois cents cadavres jonchèrent le sol. Barclay, persuadé qu’il avait affaire à des traîtres, ordonna d’en finir par une charge à la baïonnette.

À cet ordre, les malheureux sikhs, épouvantés, prirent la fuite et se répandirent dans la campagne. La cavalerie anglaise les poursuivit et les sabra sans pitié.

Au point du jour, tout était fini. Quinze cents soldats de l’armée de Barclay étaient étendus sur