Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Nomme-moi les traîtres, dit Barclay.

— Seigneur, s’écria Baber, je suis prêt à le faire. Mais vous n’avez que le temps de vous mettre sur vos gardes. Dans un instant la révolte éclatera.

— Richardson, faites garder cet homme et éveiller sans bruit tous les régiments anglais. S’il y a trahison, nous surprendrons les traîtres et nous leur donnerons une leçon qui laissera dans l’Inde un souvenir ineffaçable. »

On emmena Baber ; mais, au moment où Richardson allait exécuter l’ordre qu’il avait reçu, on entendit tout à coup un grand bruit, et les cris :

« Au feu ! au feu ! »

Au même instant, le camp parut tout en flammes. Le feu avait été mis, sans qu’on s’en aperçût, à quatre ou cinq places différentes.

Aussitôt les tambours retentirent, les trompettes sonnèrent, appelant tous les soldats aux armes. Cavaliers, fantassins, artilleurs, éveillés tout à coup, couraient demi-nus à leur poste, ne sachant quel ennemi ils avaient à combattre.

Le feu avait envahi d’abord le quartier des marchands et des vivandières qui suivaient l’armée. En un moment, tout fut consumé. Puis, la flamme s’étendant toujours, gagna bientôt les caissons de cartouches, qui commencèrent à éclater en l’air. Déjà tous les hommes attachés au service des équi-