Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion destinée à voir le jour cinq jours plus tard et à prévenir les Mahrattes que le gouvernement anglais, dans sa haute sagesse, avait résolu de les délivrer du joug d’un scélérat du nom de Corcoran, qui s’était emparé par vol, fraude et meurtre du royaume d’Holkar. Ayant écrit ce morceau d’éloquence, il s’assoupit.

Quoiqu’il ne dormît pas encore, il rêvait déjà.

Il rêvait à la Chambre des lords et à l’abbaye de Westminster. Rêves délicieux !

Ses précautions étaient prises. Il avait sous ses ordres l’armée la plus redoutable qui eût jamais fait compagne dans l’Hindoustan. Corcoran, tout défiant qu’il fût, devait être surpris, car on allait envahir son royaume sans déclaration de guerre. Peut-être même, — car Barclay n’ignorait pas la conspiration de Doubleface, bien qu’il n’en fût pas complice, — peut-être serait-il mort avant que Barclay eût passé la frontière, et alors quel adversaire rencontrerait-on ?

Donc, la victoire n’était pas douteuse.

Donc, Barclay entrerait sans peine dans Bhagavapour.

Donc, il donnerait à l’Angleterre un royaume de plus, comme Clive, Hastings et Wellesley.

Donc, sa part de butin ne pouvait guère être évaluée à moins de trois millions de roupies.

Or, avec douze millions de francs et le titre de