Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Tu sais, continua Corcoran, que si je te reprends dans l’exercice de ta profession, je te ferai pendre.

— Seigneur, on ne change pas de profession à mon âge. J’ai cinquante-cinq ans passés. Mais je ne demeurerai pas dans vos États, j’irai à Bombay, où je suis encore peu connu.

— As-tu peur de la mort ?

— Qui ? moi ! j’aurais peur de rentrer dans le sein de Brahma, père de toutes les créatures ! c’est bien mal me connaître. »

Baber sourit d’un air superbe, et, saisissant un couteau que le nègre portait à la ceinture, il l’enfonça froidement dans sa propre cuisse. Le sang jaillit à flots.

« Malheureux ! s’écria Corcoran en lui arrachant le couteau.

— Seigneur maharajah, dit Baber, ceci n’est rien. Vingt fois, à la foire de Bénares, pour acquérir une réputation de piste et gagner une douzaine de roupies, je me suie fait enfoncer un crochet de fer dans le flanc. Voyez mon corps couvert de plus de cinquante cicatrices. Il n’y a peut-être pas six de ces blessures qui n’aient été volontaires[1]. »

Tout en parlent, il étanchait le sang et bandait

  1. Tout le monde sait que ces exemples de courage et de patience sont assez communs parmi les fakirs de l’Inde.