Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Frégate ? demanda Corcoran. En ce cas, jette-le par-dessus le parapet. Je ne fais grâce qu’une fois.

— Non, non, massa, interrompit vivement Acajou. Moi l’avoir vu battre avec Doubleface. Baber étrangler Doubleface. Acajou bien rire. Acajou content de voir le bon tour de Baber. Acajou attendre Baber sur la route, demander la recette pour étrangler les Anglais. Baber impoli pas vouloir donner. Moi, bon nègre, pas méchant du tout, abattre Baber d’un coup de poing ; Baber vouloir mordre et égratigner Acajou, arracher cheveux d’Acajou, miauler, rugir, pleurer. Acajou très-bon. Acajou retourner Baber, arracher la corde à Baber, attacher les mains de Baber, les pieds de Baber, ficeler Baber, mettre Baber dans un coin de la Frégate, vouloir apporter Baber à Nini pour amuser Zozo.

— Que le diable t’emporte avec ton Baber et ton Zozo, dit Quaterquem impatienté. Qu’allons-nous faire de ce mauvais drôle ? On ne peut pas le jeter dans les airs, puisqu’il est venu dans ma Frégate malgré lui. Le garder n’est pas sûr. Le déposer nous retardera. Au diable le Baber ! »

Ces réflexions étaient faites en français, langue inconnue à Baber, mais il voyait assez sur le visage de Quaterquem que sa présence gênait fort les voyageurs.

Quant à Corcoran, le coude appuyé sur son ge-